Voici un article du site legramme.fr qui mérite d'être repris et montre l'importance quand on lance son entreprise d'avoir un projet web, blogs : sites internet, réseaux sociaux...

Le 19 novembre dix femmes ayant un projet de création d'entreprise ont participé, au BGE à Kerogan à une rencontre sur le thème de la réussite d'un projet web. Blogs, sites internet, réseaux sociaux... l'intervenante a insisté sur l'importance d'une bonne communication digitale.

1-agence-de-communication-digitale_660x393p« Avoir aujourd'hui un site internet pour lancer son entreprise est quasi indispensable. La communication est essentielle », soutient Sandrine Le Gratiet, conseillère et formatrice au sein du BGE. Tout au long de l'année, le bureau de gestion du Finistère accompagne les femmes dans les étapes de la création de leur entreprise. « Nous validons l'adéquation personne projet, nous travaillons sur l'étude de marché, sur le plan de financement en les aidant à réaliser un prévisionnel. Nous validons également les choix juridiques et le statut ».

Se faire connaître

La réalisation d'un site web peut être l'une de ces étapes même si elle peut intervenir « six mois à un an après le lancement de l'entreprise », indique la conseillère. L'intervenante, Christelle Hervieux de l'agence Komelya, nuance néanmoins le propos. « Il peut en effet être intéressant de créer le site avant d'avoir obtenu son numéro Siret à la condition de ne rien facturer. Cela permet de faire connaître son projet d'entreprise. Car il faut compter entre trois et six mois pour un bon référencement ». Durant deux heures et demie, hier matin, Christelle Hervieux a dispensé de précieux conseils aux dix futures créatrices d'entreprise dans la réalisation de leur site web. Toutes ont des projets différents : atelier et conseils en alimentation crue et végétale, formation des collectivités en nutrition, permaculture, services à domicile pour animaux, vente à distance d'objets vintages, magasin de verrerie et bijoux...

De précieuses recommandations

« Si vous avez un peu de budget et pas de temps, il vaut mieux passer par une agence, recommande la formatrice. Comptez 1.450 € HT pour un site vitrine et 2.550 € pour un site d'E-commerce. Si vous disposez de temps, vous pouvez aussi suivre une formation de trois jours pour créer votre site web. Elle peut être financée par le conseil régional pour les demandeurs d'emploi. Un site n'est pas gratuit. Il faut acheter un nom de domaine auprès d'un hébergeur et penser à la maintenance du site en cas d'attaques ». La conception d'un site web responsive permet de l'adapter à toutes les tailles d'écran. « Aujourd'hui, la consultation d'internet se fait plus à partir des téléphones que des ordinateurs. Il faut que votre site soit compatible avec les nouvelles technologies qui évoluent très vite », a-t-elle fait remarquer. Après avoir montré quelques exemples de sites et les dernières tendances du web design, Christelle Hervieux a insisté sur l'importance de prendre en compte l'expérience utilisateur. « Le site doit donner accès à l'information en trois clics ». Quelques trop longues secondes, et l'internaute change de site. En quelques traits de crayon, Christelle Hervieux a alors, en guise d'exemple, dessiné un projet efficace d'arborescence pour un site de vente de bijoux. « Il est aussi important de mettre des mots-clés dans vos pages pour être bien référencé sur Google. Il faut être impérativement sur la première page », conseille-t-elle en mettant en garde contre l'achat de mots-clés. « Cela peut vite coûter cher ».

Réseaux sociaux : des outils complémentaires

Pour réussir sa communication sur le web, il est essentiel de créer des comptes sur les réseaux sociaux, tels que Facebook, Twitter, Google +, LinkedIn, Pinterest... « Mais ce ne sont que des outils complémentaires, insiste l'intervenante. Pour rester maître de sa communication, il est essentiel que tout parte du site. C'est donc très important de réserver un budget pour créer son site web car il permet de se faire connaître. Il est aussi conseillé de prévoir dans le cahier des charges que le site puisse s'ouvrir sur l'international ».

© Le Télégramme